Sócrates Quispe-Condori • Tito Goicochea-Malaver • Edgard Leonel Luz

Possibilités d'éducation en période de pandémie et de postpandémie

Si nous, éducateurs adventistes du septième jour, voulons relever les défis et les problèmes auxquels sont confrontées nos institutions en temps de pandémie et postpandémie, nous aurons à nous réinventer régulièrement. Pour demeurer pertinents dans une société en transformation constante, nous aurons à mettre à jour nos connaissances, poursuivre notre développement professionnel, apprendre de nouvelles compétences et être créatifs. Ces comportements seront indispensables si nous voulons être actuels dans la « nouvelle normalité ».

Dans notre société de plus en plus digitale, pleine d’instabilités sociales, politiques, économiques et culturelles, l’éducation acquiert une plus grande pertinence parce qu’elle met l’accent sur la formation et le développement de citoyens qui s’engagent dans le bien-être des autres et l’amélioration de la société. Cela requiert spécifiquement une éducation qui, comme Ellen White1 l’a écrit, englobe la totalité de l’être humain pendant toute sa période d’existence et garantit le développement harmonieux des facultés physiques, intellectuelles, spirituelles et sociales.

Ainsi, les éducateurs adventistes doivent rechercher intentionnellement des possibilités de formation continue afin d’apprendre comment mieux répondre aux besoins des étudiants et aux exigences des divers organes directeurs (gouvernements et agences d'accréditation). Les éducateurs doivent être prêts à se réinventer au fur et à mesure qu’ils servent dans des sociétés qui changent rapidement. Parlant de l’époque où elle vivait, Ellen White a écrit : « Les occasions d’entrer en contact avec des hommes et des femmes de toutes les classes et de nombreuses nationalités sont beaucoup plus grandes qu’aux jours d’Israël »2. Et cela, plus encore aujourd’hui, car malgré la quarantaine et la distanciation, nous avons un éventail de possibilités grâce aux progrès réalisés dans les communications et les technologies digitales.

Des sociétés confrontées à des conditions critiques

Les changements sociaux sismiques surviennent de façon typique après des événements majeurs -- guerres, crises économiques, progrès technologiques, et pestes -- aussi connus sous le nom d’accélérateurs de l’avenir ou de l’histoire3. Au début du 21e siècle, les économistes ont déclaré que la société était entrée dans la quatrième révolution industrielle (ou Industrie 4.0)4 et ils ont avancé l’hypothèse que la transformation digitale serait la cause première du changement5, mais son impact sur la société n’avait pas encore été ressenti de manière significative.

Dans les sciences sociales, le concept Éducation 4.0 est apparu. Son objectif est centré sur l’usage des technologies de l’information et de la communication (TIC) -- définies comme étant « tous les dispositifs, composants de réseau, applications et systèmes qui, combinés, permettent aux gens et aux organisations (affaires, agences non lucratives, les gouvernements et les organisations criminelles) d’interagir dans le monde digital »6 – et cela afin de développer des compétences qui servent Industrie 4.07.  Cependant, ils étaient nombreux à être sceptiques quant à la possibilité que ce concept devienne dominant dans la société à court terme.

Pourtant, depuis le 11 mars 2020, date à laquelle l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a reconnu l’émergence d’un important accélérateur de l’histoire, désormais connu sous le nom de pandémie COVID-198, les sociétés du monde entier ont subi des changements significatifs qui mettent à rude épreuve l’infrastructure des gouvernements, des institutions et des compagnies. Les comportements sociaux ont été définis par le confinement et la distanciation9. Les échanges commerciaux ont subi un ralentissement dans leurs différentes modalités, paralysant la production des biens et des services, et, conséquemment, la croissance économique10. En 2020, le Fonds monétaire international (FMI) a prédit une contraction drastique de l’économie mondiale de 5,2 % pour 2020, ce qui en aurait fait la pire récession depuis la Deuxième guerre mondiale11. Cependant, le plus grand impact a été la perte des vies, principalement celles d’adultes plus âgés et de ceux ayant des maladies chroniques et des comorbidités12.   Mais on a récemment observé une augmentation du nombre de morts chez les jeunes13.

Pour ces raisons, nous entendons des phrases comme : « La vie après la pandémie sera différente » ou « le monde ne sera plus comme avant » qui témoignent de l’impact que la COVID-19 a eu sur les sociétés du monde entier14. Définitivement, le monde n’est plus, et ne sera plus le même. Nous ne faisons pas référence seulement aux problèmes de santé causés par la pandémie, mais aussi aux crises générées dans les sphères sociales, politiques, financières et éducatives15. Ellen White, décrivant le temps où elle vivait, a écrit : « Notre époque présente un intérêt extrême. Les chefs et les hommes d’État, tous ceux qui occupent des postes de confiance et de responsabilité, les hommes et les femmes de toutes conditions, qui réfléchissent, ont les yeux fixés sur ce qui se passe autour d’eux »16. Nous pouvons dire la même chose de l’époque où nous vivons maintenant.

Une éducation confrontée à de nouvelles réalités

L’impact et les crises générées dans l’éducation ont été majeurs car, pour prévenir la propagation de la  contagion, les institutions éducatives ont largement suspendu leurs activités en présentiel. Au début, l’éducation a été pratiquement paralysée parce que la majorité des étudiants ne pouvait pas fréquenter l’école en personne17. Mais de nombreuses écoles, malgré ce défi, ont pu se réorganiser en utilisant différentes plateformes digitales, et en ayant recours à des stratégies comme la distribution de dossiers pédagogiques aux foyers ou le tutorat des étudiants par téléphone. Pourtant, malgré ces interventions, la fermeture prolongée des institutions éducatives continuera à causer non seulement des pertes d’apprentissage à court terme18, mais aussi des difficultés futures liées à la formation du capital humain. Pendant le début de la pandémie, de nombreux étudiants ont été incapables de poursuivre leurs études et beaucoup ont connu la perte d’opportunités professionnelles, d’emploi et économiques19.

Le réseau global d’écoles et d’institutions soutenu par l’Église adventiste du septième jour qui poursuit la mission établie par le Créateur et cherche à atteindre l’excellence académique, a été confronté aux mêmes défis et éprouvé des impacts négatifs similaires. Administrateurs et enseignants ont cherché à mettre en œuvre une variété d’actions pour surmonter l’impact de la crise, maintenir les normes de qualité, et ainsi à continuer à être pertinents dans leur environnement.

Certes, la pandémie a forcé la société et l’éducation à s’adapter à de nombreux défis, mais la chose la plus importante est de tirer avantage des possibilités qui se présentent dans ces nouveaux scénarios. Le conseil d’Ellen White aux enseignants s’applique à tous les éducateurs : « Si vous êtes appelés à être un enseignant, vous êtes aussi appelés à être un apprenant. Si vous prenez sur vous la responsabilité sacrée d’enseigner les autres, vous prenez sur vous le devoir de maîtriser chaque matière que vous cherchez à enseigner »20. En dépit des défis, que ce soit dans l’enseignement en classe ou dans l’administration, les éducateurs doivent saisir les opportunités d’élargir la base de leurs connaissances pour l’amélioration des étudiants qu’ils servent.

Oui, les défis sont réels. Voici, parmi les plus importants, ceux qui confrontent les éducateurs du monde entier, sans exclure ceux qui sont dans les institutions éducatives adventistes :

  • L’accès aux technologies de l’information et de la communication et à Internet.  En 2020, approximativement 3,18 milliards de personnes dans le monde n’avaient pas d’accès à Internet, ce qui équivaut à 41% de la population mondiale21. De plus, de nombreuses institutions éducatives chargées de développer les compétences digitales des étudiants, n’ont pas une infrastructure technologique adéquate22. Les inégalités d’apprentissage dans les institutions éducatives ont eu tendance à s’aggraver pendant la pandémie.
  • L’utilisation des technologies d’information et de communication dans le processus éducatif. À cause de la pandémie, quelques institutions ont été forcées de passer dans un mode d’urgence pour lequel elles n’étaient pas préparées. Hallgarten décrit celui-ci comme un « enseignement en face-à-face en ligne ». Cette modalité ne ressemble pas aux modalités précédemment définies dans le cadre de l’éducation virtuelle, car, conceptuellement, la même stratégie d'enseignement en personne est appliquée, mais en mode virtuel. De nombreux éducateurs n’ont pas reçu la formation ou les outils technologiques dont ils avaient besoin pour s’adapter à la situation d’urgence, et ils ont dû compter sur l’utilisation de méthodes qui sont très loin des meilleures pratiques des TIC pour une véritable éducation à distance24.
  • Un apprentissage significatif dans des environnements virtuels. Même pour ceux qui avaient la possibilité d’accéder aux environnements d’apprentissage virtuels, le processus d’adaptation nécessaire pour atteindre un apprentissage  significatif  n’a pas été mis en œuvre de manière cohérente. Des étudiants intrinsèquement motivés ou techniquement et émotionnellement doués ont trouvé qu’ils pouvaient étudier dans ces environnements, par contre les groupes vulnérables ont lutté pour apprendre indépendamment. Ce dernier groupe aura probablement besoin d’un renforcement des connaissances et des compétences quand l’apprentissage en présentiel reprendra.
  • Les préoccupations relatives au temps d'écran. Les experts ont exprimé des inquiétudes quant à l’augmentation du temps d’écran chez les jeunes enfants. D’après Poole-Boykin, cité par Garcia-Bullé25, le temps d’écran devrait être d’une ou deux heures pour les élèves à l’élémentaire, deux à trois heures pour ceux du secondaire, et trois à quatre pour ceux du collégial. Les heures supplémentaires à l’écran – qui incluent le temps passé pour le divertissement et le visionnement sans relation avec l’école – auront un impact significatif26 sur les étudiants, particulièrement si une bonne partie de ces heures sont consacrées à un apprentissage efficace et aux devoirs à domicile.
  • L’augmentation de l’infoxication (une surcharge d’informations). La crise, à cause de l’utilisation accrue de l’internet et des médias sociaux, a aggravé la probabilité d’une surdose d’informations appelée infoxication27. Dans ce cas, les gens ont du mal à correctement assimiler ou comprendre le déluge d’informations qu’ils rencontrent dans leur vie quotidienne.  

Trouver des opportunités pendant la pandémie et la postpandémie

En général, les crises sont les meilleurs moments pour rechercher des opportunités.  Dans le domaine de l’éducation, il est possible d’en trouver plusieurs qui sont en lien la pandémie. Dans la prochaine partie, nous donnerons une liste de quelques moyens d’utiliser les leçons apprises pour améliorer la réussite pédagogique.

Renforcer les relations affectives

Il est difficile pour les participants d’interpréter les aspects non verbaux de la communication dans les environnements virtuels : gestes, expressions faciales, posture corporelle, contact visuel, etc. Par contre, plusieurs études montrent que les TIC peuvent faciliter la création et le resserrement des relations dans divers environnements (au foyer, au travail, à l’école)29.

Parce que la pandémie a élargi les possibilités de mettre en œuvre divers types de communications efficaces dans les environnements virtuels, les institutions éducatives ainsi que les enseignants, sur une base individuelle, peuvent établir des relations beaucoup plus fortes avec ceux qui sont directement intéressés et engagés dans l’expérience éducative30. Par exemple, au fort de la pandémie, alors qu’étudiants et parents étaient confinés à la maison, les enseignants ont eu des occasions de développer des sessions de tutorat virtuelles personnalisées, effectuer des contrôles de bien-être, et prier avec la cellule familiale réunie.

Développement d’initiatives créatives pour l’enseignement

Dans la nouvelle modalité en face à face en ligne, utiliser les ressources comme Zoom ou la salle de classe Google ou quelques-unes des nombreuses autres plateformes virtuelles31, permet de mettre en place des stratégies d’enseignement et d’apprentissage innovantes32, ou d’explorer de manière créative des méthodologies déjà connues. Nommons : la classe inversée ou flippée; l’apprentissage par projets ou tâches intégrées; l’enseignement coopératif ; l’apprentissage coopératif, la ludification, l’apprentissage par problème, l’apprentissage par compétence, l’apprentissage basé sur la conception et la réflexion33.

Maîtrise du numérique et de l'information

La technologie s’est avérée être un outil pertinent et utile dans la crise actuelle. C’est pourquoi, les entreprises et les institutions éducatives s’engagent stratégiquement dans le processus de la transformation digitale34.

Ces changements ont besoin de se concentrer sur le développement et l’amélioration des maîtrises du numérique et de l’information. La maîtrise de l’information est la capacité de systématiser des données pertinentes pour résoudre des problèmes ou prendre des décisions35. Cela s’étend au-delà de l’utilisation des outils ou programmes informatiques -- cela englobe des domaines allant de la connaissance de l'utilisation d’un réseau social au partage de documents stockés dans le nuage, (informatique en nuage).

Repenser le modèle éducatif et actualiser le programme d’études

La modalité du « face-à-face en ligne » remet en question le modèle traditionnel et a créé de nouveaux scénarios qui modifient fondamentalement le processus éducatif.  Cette modalité permet à l’étudiant une plus grande autonomie et indépendance, lui permettant d’être en charge de son propre apprentissage37. Mais pour que cela arrive, les éducateurs doivent intentionnellement planifier et mettre en œuvre des stratégies qui permettent aux étudiants de développer ces compétences.

Ainsi, le modèle du face-à-face traditionnel consistant à respecter des horaires précis et à accomplir des tâches, peut être adapté en instaurant de nouvelles modalités telles que la modalité en semi-présentiel (partiellement virtuelle et partiellement présentielle), également connues sous le nom de modes d'apprentissage hybrides38. Il faut reconnaître cependant qu’à cause de facteurs personnels, familiaux ou culturels, de nombreux étudiants trouveront difficile de s’engager dans un apprentissage automotivé et à s’adapter ou à réagir au changement. En plus, à cause de changements dans la société, les institutions éducatives doivent adapter leurs modèles de programmes d’études pour répondre aux exigences de la « nouvelle normalité », comme la mise en œuvre d'un programme d'études basé sur les compétences et utilisant des méthodes d'enseignement interactives.

Intégration de concepts internationaux et interculturels par l'«’internationalisation à domicile »

Les éducateurs sont maintenant plus conscients de la nature globale du processus enseignement-apprentissage, processus qui peut générer des possibilités de renforcer les connaissances des étudiants sur les facteurs mondiaux et locaux qui affectent leurs expériences de vie. Le concept de ce processus veut qu’il y ait une intégration intentionnelle de concepts internationaux et interculturels dans les programmes d’études formels et informels pour tous les étudiants dans le cadre institutionnel39. Dans le programme d’études formel et informel, les étudiants doivent avoir des occasions de s’engager par le service, la participation communautaire avec des organisations culturelles ou religieuses, et la connexion avec des pairs dans d’autres parties du monde dans différentes classes virtuelles.

Au moyen des TIC, et en gardant à l’esprit que l’éducation adventiste est un réseau mondial lié à l’Église adventiste du septième jour, il est possible de se servir des possibilités d’internationalisation en  programmant des événements scolaires, sociaux, culturels et spirituels entre les institutions de divers pays. Les éducateurs doivent avoir des possibilités de formation continue sur la manière d’intégrer ces genres d’expériences dans la classe virtuelle.

L'apprentissage tout au long de la vie : la meilleure approche pour trouver de nouvelles perspectives

Après la pandémie, dans la « nouvelle normalité », l’éducation continuera à faire face à des défis sans précédent40. Dans cette nouvelle normalité, les éducateurs peuvent continuer comme avant ou construire des routes pour un renouvellement constant. L’option la plus confortable serait de réinstaller le même modèle et les pédagogies traditionnelles. Cependant, en tenant compte des incertitudes de la nouvelle normalité41, la meilleure façon d’avancer est de se renouveler à travers un cycle d’apprentissage, de désapprentissage et de réapprentissage. Grâce à un apprentissage tout au long de la vie, les éducateurs peuvent développer une vision qui leur permettra de fournir des solutions aux nouveaux problèmes qui surgiront.

 En fin de compte, il appartient à chaque éducateur, avec les outils disponibles, de se renouveler constamment et ainsi de jouer un rôle dans cette pandémie et dans la postpandémie. Il appartient aussi aux administrateurs de veiller à ce que des occasions de renouvellement soient disponibles et que les organisations employeuses exigent une croissance professionnelle continue. Il appartient à chacun d’être responsable d’améliorer ses connaissances, ses aptitudes, et ses compétences. Nous avons besoin d’apprendre à visualiser et donner la priorité aux opportunités plutôt qu’aux difficultés, à se préparer et s’adapter aux changements qui résultent et sont implantés par la nouvelle normalité. L’avenir appartient à ceux qui sont humbles et prêts à apprendre tout au long de la vie. Alors, pendant que nous sommes dans ce monde, nous pouvons aller de l’avant avec l’assurance que Dieu est au contrôle de l’histoire, et que, par sa grâce, nous serons victorieux. Ne nous dit-il pas : « N’aie pas peur, car je suis avec toi ; ne jette pas des regards inquiets, car je suis ton Dieu ; je te rends fort, je viens à ton secours, je te soutiens de ma main droite victorieuse » (Ésaïe 41.10)42.

L’avenir appartient à ceux qui cherchent à être constamment renouvelés de façon harmonieuse dans leur vie émotionnelle, physique, mentale et spirituelle parce que « la véritable éducation implique bien plus que la poursuite de certaines études. Elle intéresse l’être tout entier, et toute la durée de l’existence qui s’offre à l’homme »43. « Nous sommes à la veille d’une heure décisive. Par la puissance du Saint Esprit, nous devons aujourd’hui propager les grandes vérités pour le temps de la fin… Dieu est le grand maître d’œuvre, et sa providence prépare le chemin pour que son œuvre soit accomplie. Il fournit des occasions, dévoile des perspectives et nous donne des ouvertures qui nous permettent d’accomplir notre tâche. Si son peuple était attentif aux instructions de la Providence, et s’il était disposé à coopérer avec lui, il verrait la réalisation d’une grande œuvre44. » En pointant vers l’Être Infini, les Écritures présentent en ces termes la source d’une telle éducation : en lui « sont cachés tous les trésors de la sagesse et de la connaissance » (Colossiens 2.3) ; « C’est chez lui que résident la sagesse et la puissance » (Job 12.13).

Christ revient bientôt. Nous pourrons alors apprendre avec le véritable Maître à l’école éternelle où « toutes les aptitudes, les facultés se développeront. Les entreprises les plus extraordinaires seront menées à bien, les aspirations les plus élevées seront satisfaites, les ambitions les plus grandes se réaliseront. Et pourtant, il y aura toujours de nouveaux sommets à atteindre, de nouvelles merveilles à admirer, de nouvelles vérités à pénétrer, de nouveaux sujets d’intérêt pour notre corps, notre esprit, notre âme45. » C’est ce genre de développement que l’éducation adventiste doit promouvoir à différents niveaux académiques et à travers ses projets éducatifs.

Cet article a été revu par des pairs.

Sócrates Quispe-Condori

Sócrates Quispe-Condori, Ph.D., est directeur associé de l'éducation pour la division sud-américaine de l'Église adventiste du septième jour à Brasília, au Brésil. Le docteur Quispe-Condori est un éducateur expérimenté qui a rendu de nombreux services à l'enseignement supérieur adventiste dans une variété de rôles. En plus d'une maîtrise et d'un doctorat en génie alimentaire de l'Université d'État de Campinas, São Paulo, Brésil, le Dr Quispe-Condori a également obtenu un diplôme post-doctoral à l'Université d'Alberta (Alberta, Canada), et des diplômes en théologie et en études adventistes de l'Université adventiste du Brésil, à São Paulo,

Tito Goicochea-Malaver

Tito Goicochea-Malaver, EdD, est le directeur de la gestion des programmes d'études à l'Université de l'Union péruvienne (Lima, Pérou). Dr Goicochea-Malaver a été directeur de l'éducation dans plusieurs champs et missions au Pérou, et en tant que coordinateur pédagogique de l'Union péruvienne du Nord. Il est l'un des auteurs du modèle éducatif et des programmes d'études pour les écoles maternelles, niveau élémentaire et secondaire pour les écoles adventistes du Pérou. Le Dr Goicochea-Malaver est titulaire d'un baccalauréat en sciences physiques (Université nationale de San Marcos, Lima, Pérou) et d'une licence en pédagogie des mathématiques (Université catholique du Pérou, Lima). Il est titulaire d'une maîtrise en éducation et d’un doctorat en administration des affaires (Université de l'Union péruvienne, Lima, Pérou).

Edgard Leonel Luz

Edgard Leonel Luz, MEd, est l'ancien directeur de l'éducation de la division sud-américaine de l'Église adventiste du septième jour à Brasília, au Brésil. Pasteur consacré de l'Église adventiste du septième jour, le pasteur Luz a occupé plusieurs postes administratifs, de publication et d'enseignement dans la division sud-américaine de l'Église adventiste du septième jour, ainsi que dans le secteur public. Il est titulaire d'une licence en langue portugaise (Université adventiste du Brésil, São Paulo, Brésil) et d'une maîtrise en Leadership (Andrews University, Berrien Springs, U.S.A.), ainsi que plusieurs autres certifications. Actuellement, il termine un doctorat en multimédia dans l'éducation (Université d'Aveiro, Portugal).

Référence recommandée :

Sócrates Quispe-Condori, Tito Goicochea-Malaver, and Edgard Leonel Luz, Possibilités d'éducation en période de pandémie et postpandémie, Revue de l’éducation adventiste,


NOTES ET RÉFÉRENCES

  1. Ellen G. White, Education (Mountain View, Calif.: Pacific Press, 1903), 13.
  2. _________, Evangelism (Washington, D.C.: Review and Herald, 1946), 707.
  3. Monique Ross et Annabelle Quince, “Coronavirus Will Alter Our History—Just Like the Epidemics and Pandemics Before It” (19 mai 2020) ABC News: https://www.abc.net.au/news/2020-05-20/coronavirus-epidemics-pandemics-that-transformed-human-history/12251914.
  4. Klaus Schwab, “The Fourth Industrial Revolution: What It Means and How to Respond,” Foreign Affairs (15 décembre 2015): https://www.foreignaffairs.com/articles/2015-12-12/fourth-industrial-revolution.
  5. Tomi Dufva et Mikko Dufva, “Grasping the Future of the Digital Society,” Futures 107 (mars 2019): 17-28: https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0016328717302252.
  6. Mary K. Pratt, “ICT (Information and Communications Technology, or Technologies)”(juillet 2019): https://searchcio.techtarget.com/definition/ICT-information-and-communications-technology-or-technologies.
  7. Dulce Flores et coll., “Educación 4.0, origen para su fundamentación,” EDUNOVATIC 2019, 4th Virtual International Conference on Education, Innovation, and ICT, 18 et 19 décembre 2019, Espagne.
  8. World Health Organization (WHO), “Listing of WHO’s Response to COVID-19”(20 juin 2020): http://www.who.int/news-room/detail/29-06-2020-covidtimeline.
  9. Teagen Nabity-Grover, Christy M. K. Cheung, et Jason Bennett Thatcher, “Inside Out and Outside In: How the COVID-19 Pandemic Affects Self-disclosure on Social Media,”International Journal of Information Management 55:102188 (décembre 2020): https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7320916/.
  10. Thomas Ritter et Carsten Lund Pedersen, “Analyzing the Impact of the Coronavirus Crisis on Business Models,” Industrial Marketing Management 88 (juillet 2020): 214-224: https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0019850120303084.
  11. IMF World Economic Outlook Update, “A Crisis Like No Other, An Uncertain Recovery” (juin 2020): https://www.imf.org/en/Publications/WEO/Issues/2020/06/24/WEOUpdateJune2020.
  12. Eskild Petersen et coll., “Comparing SARS-CoV-2 With SARS-CoV and Influenza Pandemics,” The Lancet Infectious Diseases 20:9 (septembre 2020): E238-E24. https://www.thelancet.com/journals/laninf/article/PIIS1473-3099(20)30484-9/fulltext.
  13. Will Stone, “COVID ‘Doesn’t Discriminate by Age’: Serious Cases on the Rise in Younger Adults,” NPR (1e mai 2021): https://www.npr.org/sections/health-shots/2021/05/01/992148299/covid-doesnt-discriminate-by-age-serious-cases-on-the-rise-in younger-adults.
  14. Ritter et Pedersen, “Analyzing the Impact of the Coronavirus Crisis on Business Models.”
  15. Javad Alizargar, “The Novel Coronavirus (COVID-19) and the Risk of Kawasaki Disease in Children,” Journal of Formosan Medical Association 119:11 (novembre 2020):1,713, 1,714: https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/32456973/; Issa Ibrahim Berchin et José Baltazar Salgueirinho Osório de Andrade Guerra, “GAIA 3.0: Effects of the Coronavirus Disease 2019 (COVID-19) Outbreak on Sustainable Development and Future Perspectives,” Research in Globalization 2:100014 (décembre 2020): doi.10.1016/j.resglo.2020.100014; Naveen Donthu et Anders Gustafsson, “Effects of COVID-19 on Business and Research,” Journal of Business Research 117 (septembre 2020): 284-289: https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0148296320303830.
  16. White, Education, 179.
  17. WHO, “Listing of WHO’s Response to COVID-19.”
  18. Orla Doyle, “COVID-19: Exacerbating Educational Inequalities?” Public Policy.IE. (9 avril 2020): https://publicpolicy.ie/papers/covid-19-exacerbating-educational-inequalities/.
  19. Talha Khan Burki, “COVID-19: Consequences for Higher Education,” Lancet Oncology 21:6 (juin 2020): 758: https://www.thelancet.com/pdfs/journals/lanonc/PIIS1470-2045(20)30287-4.pdf.
  20. Ellen G. White, Counsels to Parents, Teachers, and Students (Mountain View, Calif.:Pacific Press, 1913), 199.
  21. J. Clement, “Global Digital Populations as of January 2021,” Statista (2021): https://www.statista.com/statistics/617136/digital-population-worldwide/.
  22. Netta Iivari, Sumita Sharma, et Leena Ventä-Olkkonen, “Digital Transformation of Everyday Life—How COVID-19 Pandemic Transformed the Basic Education of the Young Generation and Why Information Management Research Should Care?” International Journal of Information Management 55: 102183 (décembre 2020): https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0268401220310264.
  23. Joe Hallgarten, Evidence on Efforts to Mitigate the Negative Educational Impact of Past Disease Outbreaks K4D Helpdesk Report 793 (Reading, U.K.: Education DevelopmentTrust Reading, 2020): https://www.heart-resources.org/doc_lib/evidence-on-efforts-to-mitigate-the-negative-educational-impact-of-past-disease-outbreaks/.
  24. Priyanka Singh, “Corona Virus Pandemic Impact on Global Education: A Blessing in Disguise,” Sustainable Humanosphere 16:2 (2020): 68-72.
  25. Sofia García-Bullé, “Screen Time During the Contingency” (4 mai 2020): https://observatory.tec.mx/edu-news/screen-time-covid19.
  26. Pour en savoir plus sur l'impact de l'augmentation du temps d'écran voir Aris Mosely, “The Negative Effects of Screen Time for Adults and Children” (10 octobre 2020): https://blog.valleywisehealth.org/negative-effect-of-screen-time-adults-children/; Hannah Sheldon-Dean, “Screen Time During the Coronavirus Crisis” (2021): https://childmind.org/article/screen-time-during-the-coronavirus-crisis/; et aussi Heather Kelly,“Kids Used to Love Screen Time. Then Schools Made Zoom Mandatory All Day Long,” The Washington Post (September 4,2020): https://www.washingtonpost.com/technology/2020/09/04/screentime-school-distance/.
  27. Shaoxiong Fu, et coll., “Social Media Overload, Exhaustion, and Use Discontinuance:Examining the Effects of Information Overload, System Feature Overload, and SocialOverload,” Information Processing and Management 57:6 (novembre 2020): Article 102307.
  28. Yilu Sun, Omar Shaikh, et Andrea Stevenson Won, “Nonverbal Synchrony in Virtual Reality,” PLOS ONE 14:9 (septembre 2019): 1-18.doi.org/10.1371/journal.pone.0221803
  29. Robert Weiss et J. Schneider, Closer Together, Further Apart: The Effect of Technology and the Internet on Parenting, Work, and Relationships (Carefree, Ariz.: Gentle Path Press, 2014); voir également Man Ping Wan et coll., “Using Information and CommunicationTechnologies for Family Communication and Its Association With Family Well-Being in Hong Kong: FAMILY Project,” Journal of Medical Internet Research 17:8 (août 2015): 207;Alejandro Valencia-Arias et coll., “How Does the Use of ICTs Affect Family Relationships? A Quantitative Approach,” Global Journal of Health Science 9:10 (2017): https://www.ccsenet.org/journal/index.php/gjhs/article/view/68071.
  30. Chris Petrie et coll., Spotlight: Quality Education for All During Covid-19 Crisis (Paris:Organisation for Economic Co-operation and Development [OECD], 2020): https://cdn.hundred.org/uploads/report/file/15/hundred_spotlight_covid-19_digital.pdf.
  31. Nikki Katz, “30+ Virtual Learning Platforms and Tools for Teachers and Kids” (19 avril 2021): https://www.weareteachers.com/virtual-learning-platforms/.
  32. Dimitrios Vlachopoulos, “COVID-19: Threat or Opportunity for Online Education?”Higher Learning Research Communications 10:1 (2020): 16-19: https://scholarworks.waldenu.edu/cgi/viewcontent.cgi?article=1179&context=hlrc.
  33. Elnaz Safapour, Sharareh Kermanshachi, et Piyush Taneja, “A Review of Nontraditional Teaching Methods: Flipped Classroom, Gamification, Case Study, Self-Learning,and Social Media,” Education Sciences 9:4 (2019): https://files.eric.ed.gov/fulltext/EJ1238200.pdf.
  34. Gordon Fletcher et Marie Griffiths, “Digital Transformation During a Lockdown,”International Journal of Information Management 55: 102185 (décembre 2020): https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0268401220310288.
  35. Heidi L. M. Jacobs, “Information Literacy and Reflective Pedagogical Praxis,” The Journal of Academic Librarianship 34:3 (mai 2008): 256-262.doi.org/10.1016/j.acalib.2008.03.009
  36. Iivari, Sharma, et Ventä-Olkkonen, “Digital Transformation of Everyday Life—How COVID-19 Pandemic Transformed the Basic Education of the Young Generation and Why Information Management Research Should Care?”
  37. Vlachopoulos, “COVID-19: Threat or Opportunity for Online Education?”
  38. Petrie et coll., Spotlight: Quality Education for All During Covid 19 Crisis.
  39. Joss Beelen et Elspeth Jones, “Redefining Internationalization at Home.” In The European Higher Education Area, Adrian Curaj et coll., éds. (New York: SpringerOpen, 2015).
  40. Elizabeth H. Stephens, “Commentary: COVID-19: “There is No Education Like Adversity,” The Journal of Thoracic and Cardiovascular Surgery 160:4 (6 juin 6, 2020): 989,990.
  41. N. Romesh Wijesooriya et coll., “COVID-19 and Telehealth, Education, and Research Adaptations,” Paediatric Respiratory Reviews 35 (september 2020): 38-42:doi.10.1016/j.prrv.2020.06.009.
  42. Ésaïe 41.10; Colossiens 2.3; Job 12.13. Toutes ls citations bibliques sont tirées de la Nouvelle Bible Segond (NBS), 2001.
  43. Ellen G. White, True Education: An Adaptation of Education by Ellen G. White (Nampa, Idaho: Pacific Press, 2000), 9.
  44. __________, Evangelism, 703.
  45. _________, Education, 307.