Meilleures Pratiques au Travail | Bonnie Iversen

LE PASSAGE À L'ÉCOLE À DISTANCE PENDANT LA PANDÉMIE DE COVID-19 :

LES ÉDUCATEURS DE L'ACADÉMIE SAN GABRIEL FONT DES RECOMMANDATIONS DE BONNES PRATIQUES

La planification de toute une année scolaire est déjà un défi, mais la planification d’une année scolaire de pandémie n’était pas dans l’esprit de l’administration et du corps professoral de l’Académie San Gabriel (San Gabriel Academy – SGA) en Californie. Les éducateurs chrétiens, en particulier, ont une énorme responsabilité, non seulement de fournir une éducation de qualité mais aussi d’orienter leurs élèves vers le Christ dans toutes les situations. L’appel « Prends soin de mes agneaux » est étendu à tous ceux qui déclarent aimer Jésus-Christ (Jean 21.15-17)1. Pendant une pandémie, alors que les écoles sont fermées, le défi de prendre soin des agneaux exige de la créativité et de l’innovation basées sur des objectifs pédagogiques précis. La question se pose : « Comment pouvons-nous être le plus efficaces possible et continuer à offrir la meilleure qualité d’éducation centrée sur le Christ avec un apprentissage à distance ? » Au cours des mois qui ont suivi, SGA ainsi que de nombreuses autres écoles adventistes ont continué à évoluer dans leur compréhension de la manière de prendre soin des agneaux de Christ pendant cette pandémie.

Dans les dix dernières semaines, au moment de la rédaction de cet article, de nombreux parents ont fait des commentaires sur le passage apparemment sans heurts de l'enseignement en présentiel à l'enseignement à distance en deux jours seulement. Cependant, la réalité est que la plateforme pour cette transition avait débuté trois années avant l’émergence de la COVID-19. À cette époque, SGA avait commencé la transition vers un programme d'études basé sur les normes et les références (Standards-based Referenced, SBR). En collaboration avec Marie Alcock2, le corps professoral avait commencé à organiser, à aligner et à articuler le programme d’études afin que les élèves aient des buts et des objectifs clairement définis. Un élément clé de SBR est la hiérarchisation des normes. Les objectifs d’apprentissage fondamentaux que les élèves doivent maîtriser sont les normes prioritaires.

De plus, SGA avait commencé à examiner comment la technologie pourrait être mieux utilisée en tant qu'outil dans l'ensemble du programme scolaire et pas seulement dans une classe de technologie. Les enseignants utilisaient déjà des plateformes technologiques qui soutenaient, amélioraient et organisaient l’apprentissage. La mise en œuvre du système SBR, avec ses normes prioritaires, garantissait qu’enseignants et étudiants savaient exactement ce qui était essentiel pour l’apprentissage, et l’intégration de la technologie garantissait un système de prestation organisé. Cela a préparé le terrain non seulement pour une transition en douceur mais cela a également fait en sorte qu’il y aurait des lacunes minimales dans l’apprentissage en dépit de la perturbation du programme.

Une autre bénédiction s'est présenté sous la forme d’une anticipation de la nécessité de passer à un modèle d'enseignement à distance. Dieu dirige constamment son peuple dans le meilleur chemin qu’il devrait suivre. Les cours en présentiel se sont terminés officiellement le 19 mars, mais l’administration s’était réunie depuis la fin janvier pour discuter de la probabilité de passer à l’enseignement à distance avant la fin de l’année scolaire. En février, dans les réunions du corps professoral, un moment avait été consacré à discuter de l’éventuel changement à venir et à encourager les professeurs à se préparer pour ce nouveau paradigme d’apprentissage. Ces sessions ont fourni aux participants une opportunité d’identifier des applications informatiques appropriées, de partager des stratégies d’enseignement possibles, et de s’encourager entre collègues à traverser ce territoire inexploré. Les réunions du corps professoral en mars ont offert des tremplins pour les enseignants afin d'apporter les derniers perfectionnements et ajustements à leurs plans d’enseignement à distance.

De toute évidence, il était impossible de prévoir tous les détails de ce qui arriverait. Comme il n’existe aucun manuel sur la manière de gérer une classe pendant une pandémie, on a continué à se préparer dans la prière, et des ajustements ont été continuellement mis en œuvre. Les différents niveaux de scolarité et d’âge nécessiteraient différents niveaux de soutien. Les jeunes étudiants auraient besoin d'aide pour se connecter aux cours et trouver des ressources pour les premières utilisations. Après quelque temps, ils deviendraient des experts et n’auraient plus besoin de l’aide parentale.

Luis Jabla, étudiant en deuxième année, fait une pause dans son cours d'applications informatiques.

Quelle que soit la qualité de l'enseignement à distance, certains aspects d’un cours en présentiel ne peuvent jamais être remplacés – par exemple, la beauté de la relation qui se développe quand on interagit avec les élèves en personne est unique. Cela peut sembler évident, mais c’est devenu plus saisissant encore dans les conditions récentes. Certains aspects des écoles adventistes rendent notre système éducatif unique – la participation à un voyage missionnaire ou à une tournée de concerts, la création de souvenirs lors des soirées de prières de fin d’année sur la plage, un jeu de basket avec les élèves, la joie de partager tous ensemble un repas à l’extérieur lors d’une belle journée de printemps, et la prière avec les élèves – ces types d’interactions ne peuvent pas être remplacés mais on peut les traiter dans ce vide d’engagement  par Zoom ou d’autres plateformes3

Les enseignants de SGA ont commencé à utiliser l’application Zoom pour rencontrer les élèves en temps réel. Les horaires des cours pour les classes primaires ont été modifiés afin de diminuer le temps d’exposition aux écrans des plus jeunes élèves. Au secondaire, les horaires de classe n’ont pas été modifiés. Ce premier jour de mars, (le 23), l’assiduité a été presque parfaite et elle s’est maintenue jusqu’à présent. Si un élève tarde à se présenter en classe, le parent reçoit un appel du bureau d’accueil, et plus souvent que non, l’élève retardataire apparaît rapidement à l’écran. Cette routine est suivie au début de chaque période de cours, chaque jour.

Pour garantir l'engagement de la classe, il est exigé des étudiants qu’ils gardent leur caméra allumée et montrent leur visage. Le programme d’études n’a pas changé, et les élèves se sont rapidement adaptés à leurs nouveaux lieux. Toutes les classes se rencontrent virtuellement, y compris les classes de chorale, d’orchestre, d’art et d’éducation physique.

L’étape finale a été de s’assurer que les besoins des parents étaient également satisfaits. La participation et le soutien parentaux sont indispensables pour une transition et une mise en œuvre réussies de l’enseignement à distance. Certains parents travaillaient et ne pouvaient pas être avec les élèves pour les aider avec des problèmes techniques ou pour les encourager à être présents en classe aux heures prévues. Un parent stressé est égal à un  élève stressé. Pour préserver une image positive de l’école et influencer les perceptions qu’ont les élèves du programme, il est très important de favoriser l’atténuation du stress parental. Le territoire inconnu a une façon de produire des défis, souvent non anticipés, pour lesquels il faut créer des solutions. L’administration et le corps professoral de SGA ont fait face à un certain nombre de ces défis et ils ont conçu des solutions créatives.

Défis et solutions

Un défi que chaque enseignant a dû relever a été de trouver des instruments d’évaluation pouvant remplacer les tests en présentiel. Peter Chung4, professeur d’histoire à SGA, a intégré le modèle de test à livre ouvert du College Board. Ce type d’évaluation a une base d’application avec un temps limite qui exige quand même que les étudiants se préparent et étudient pour l’examen afin de réussir. La génération des jeunes d’aujourd’hui est visuellement ciblée, dit Chung, et les médias sociaux occupent une bonne partie de leur temps. Comme il a toujours enseigné l’histoire avec l’utilisation quotidienne de Power Point, avec des visuels et des vidéos intégrés, il croit que sa transition vers l’enseignement à distance s’est faite plus facilement. Il aborde chaque cours comme le ferait un youtubeur, en étudiant comment diverses personnes font leurs présentations, puis en intégrant quelques-uns de ces styles dans ses propres présentations.

Michele Choi, un professeur d’anglais à SGA, convient que l’enseignement à distance l’a forcée à poursuivre des options créatives pour l’instruction en classe. « Heureusement, dit-elle, j’ai pu apprendre différentes stratégies de mes collègues à la pointe de la technologie. Je recommanderais de fournir des tranches de temps pour différentes activités afin de rompre la monotonie du temps en classe. » Il peut être difficile pour les étudiants d’écouter un cours en fixant un écran, c’est pourquoi l’utilisation de vidéos informelles qui incorporent diverses images et différents sons donne des résultats positifs. Choi encourage les enseignants à expérimenter la multitude de ressources disponibles pour trouver des outils en ligne qui leur conviennent ainsi qu’à leurs élèves.

Enseigner la technologie à des étudiants qui utilisent une grande variété d’appareils ajoute à la complexité et peut être difficile. Les appareils – téléphones, iPads, ordinateurs de bureau, certains PC, et autres produits Apple – dont dispose chaque étudiant à la maison diffèrent sensiblement.  Toutes les applications d’ordinateurs ne marchent pas avec tous les appareils. Découvrir lesquelles marchent mieux avec les appareils spécifiques  été un défi qui a dû être rapidement résolu par le chef du département de technologies de SGA, Faith Yeaton. Son conseil est : « Ne soyez pas contrarié si un quelconque plan prévu formidable ne marche pas. Essayez simplement jusqu’à ce que vous trouviez la connexion désirée. »

Les étudiants sont désireux d’échanger ce qu’ils savent, et même de partager leurs écrans à certains moments. En fait, ils sont plus que disposés à s’entraider.  Yeaton suggère : « Permettez aux étudiants de faire un peu d’enseignement. » Ses étudiants découvrent comment travailler avec diverses technologies pour faire des présentations dans leur classe virtuelle. Ils créent aussi des médias qui peuvent être visionnés au cours d’une vidéo conférence.

L’enseignement de la musique est principalement basé sur l’interprétation. Jouer de manière synchrone dans l’environnement de l’enseignement à distance peut être difficile si pas impossible en raison de capacités de bande passante variables. Ce problème a permis à Sheen Sanchez, le professeur de musique chorale de SGA, et Melvir Ausente, le chef d’orchestre, d’ajuster leur enseignement pour se concentrer davantage sur les normes que chaque étudiant doit rencontrer. Sanchez explique : « En musique, nos principales normes  comprennent  la création, la performance, la réponse et la connexion. Les étudiants avaient déjà appris et interprété une quantité importante de musique au cours des trois derniers trimestres de l'année scolaire. »

 Dans les deux domaines de la musique, cette période de quarantaine a été consacrée aux normes prioritaires qui n'avaient pas encore été respectées. Pendant les cours basés sur la performance, on passe plus de temps à apprendre un répertoire pour des spectacles programmés, ce qui entraîne une certaine négligence des autres aspects du programme d’études. L’apprentissage à la maison a permis de consacrer plus de temps à la culture musicale – la théorie musicale, la lecture à vue, la dictée et l’analyse de notes.     

L’éducation physique présente d’autres obstacles uniques  à l’enseignement à distance. Les étudiants n’avaient plus accès aux équipements conventionnels du gymnase et de la salle de musculation. Kevin McCloskey, le directeur du département d’éducation physique de SGA, explique que lui et Mario Negrete, un autre enseignant d’éducation physique, ont eu à utiliser le développement des compétences et les activités de mise en forme du poids corporel qui nécessitent des articles ménagers – chaises, livres, tapis d’exercice – plutôt que des équipements de sport et de conditionnement de haute technologie. Les enseignants d’éducation physique ont aussi enseigné à leurs élèves comment utiliser l’application MyFitnessPal pour noter et enregistrer l’apport calorique (régime) et la dépense calorique (exercice) ainsi que l’application BodySpace pour établir des programmes d'entraînement personnalisés et individualisés en utilisant seulement les espaces et l’équipement disponibles dans leurs foyers. L’entraîneur McCloskey a également trouvé avantageux que ses élèves dirigent les activités. Souvent, il confie à un étudiant la responsabilité de chaque partie du conditionnement physique et de chaque partie d'une compétence5, ce qui permet un plus haut degré d’interaction. Ce forum d’éducation physique a renforcé le désir des étudiants de participer en classe et donné à chacun l’occasion de diriger.

L'approche de l'enseignement à distance au niveau élémentaire présente des difficultés autres que celles rencontrées avec des étudiants du secondaire. Un des principaux obstacles dans les classes inférieures est la limitation du temps d'écran nécessaire aux élèves. La recherche a montré que les fonctions cognitives sont endommagées par un usage excessif de l’écran6.Thom Harder, enseignant de cinquième année à SGA, suggère que « pour minimiser et prévenir l’impact négatif inhérent à trop de temps d’ordinateur, les enseignants des classes prématernelles à la huitième année (TK-8) maximisent les l'utilisation des activités pratiques pour leurs élèves à la maison ». Une autre solution à ce défi a été de construire des devoirs sur lesquels les élèves peuvent travailler en dehors de l'écran, et revenir plus tard pour présenter le projet achevé à la classe.

Rose Gorospe, enseignante de prématernelle et maternelle (TK-K), déclare : « Avant même de déterminer comment les élèves se connecteraient dans leurs classes et navigueraient sur nos plateformes numériques, il fallait que je trouve un équilibre entre structure et flexibilité pour le bien de mes jeunes élèves de prématernelle et de maternelle et celui de leurs familles. » La Covid-19 a eu un important effet sur les familles qui ont plusieurs enfants qui partagent des appareils, ou qui étudient en fonction des horaires de leurs parents qui travaillent, ou d’aidants dont la langue première n’est pas l’anglais. Gorospe ajoute : « Ce qui m’a énormément aidé en tant qu’enseignante de maternelle est d’enregistrer des vidéos où je parle et explique les sujets, puis de les publier afin que les parents puissent s’y référer quand ils travaillent sur un sujet particulier avec leur enfant. »

Les enfants sont mieux à même de rester engagés quand le mouvement fait partie de l’apprentissage. Selon Gorospe, « la règle générale pour ces petits yeux est d’avoir des sessions d’écran en direct qui ne durent pas plus longtemps qu’un long métrage avec de nombreuses pauses pour bouger. » Ces pauses exigent que les élèves se lèvent, détachent les yeux de l’écran, et fassent certaines tâches imposées comme une chasse au trésor dans la maison, boire deux verres d’eau, ou imiter leur animal favori en marchant vers la porte d’entrée et de retour.

Les enseignants dans la classe virtuelle de mi-pandémie doivent réaliser que les parents d’étudiants de tous les âges ont à créer leur propre nouvel horaire « normal » à la maison. Pour chaque famille, cela peut présenter une toute autre image, particulièrement pour les familles qui ont de jeunes enfants. Une famille peut se lever et être en forme à 8h30 : leurs enfants ont été nourris et ils sont prêts à apprendre. D’autres familles peuvent profiter de quelques heures de sommeil de plus. D’autres encore peuvent avoir besoin d’aider leurs enfants après une journée entière de travail. La flexibilité d'une vidéo dont l'accès est laissé à la discrétion des parents s'est avérée utile au cours de cette période. Cela redonne une certaine part de contrôle aux familles qui ont déjà perdu le contrôle de beaucoup de choses – la sécurité d’emploi, la possibilité de faire des achats de première nécessité, ou simplement de sortir avec des amis.

Le corps professoral de SGA est en train d’apprendre et de mettre en œuvre de nouvelles informations d’une manière qui fait d’eux des enseignants encore meilleurs. Bien que les défis soient grands, et qu’il puisse être trop tôt pour évaluer avec précision le succès des classes virtuelles, de nombreux indicateurs positifs signalent que les élèves reçoivent une éducation de qualité. Les élèves ont montré plus de confiance et de volonté de partager leurs pensées dans une discussion pendant les cours en ligne – peut-être parce qu’ils ont l’avantage d’être protégés par un écran d’ordinateur dans le confort et la sécurité d leurs propres foyers.

Rychelle Lehnhoff, enseignante d’histoire et de Bible, dit : « Un de mes moments le plus gratifiant a été d’observer mes élèves qui présentaient un projet d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale sur Zoom. Comme défi supplémentaire, je leur avais donné la mission de rechercher des histoires personnelles d’individus sur la guerre. Je leur ai raconté l’histoire de mon grand-père et je les ai encouragés à sonder leurs propres histoire et héritage. » Nombre de ses élèves ont ainsi découvert leur propre histoire familiale en appelant de la maison leurs grands-parents et en les questionnant sur leurs expériences. D’autres ont lu une biographie et découvert quelqu’un qui les intriguait. Les étudiants de Lehnoff ont créé des histoires, des podcasts, des vidéos, des peintures. Ils ont ensuite partagé avec leurs camarades de classe sur Zoom ce qu’ils avaient découvert. « Je n’étais pas trop sûre de la façon dont un tel projet se ferait alors que mes élèves développaient ces choses sans que je sois là pour vérifier leurs progrès. J’ai été très impressionnée par tout ce qu’ils ont fait et, en réalité, j’ai obtenu le plus de participation dans tous les défis que j'ai lancés aux étudiants cette année. » Ils étaient excités de ce qu’ils avaient appris.

La leçon à retenir

La rétroaction des parents a été positive et encourageante. Un parent d’enfants au secondaire a dit : « J’ai deux enfants inscrits à SGA, et je peux dire sans équivoque que ce programme a tout autant de profondeur et d’instruction directe qu’avant et il favorise un véritable apprentissage. Je suis très fier de ce que SGA a pu accomplir dans ces temps difficiles. » Un autre parent a dit : « SGA a donné la priorité à l’apprentissage des enfants. Plutôt que d’utiliser les courriels comme principal moyen de communication des devoirs et des leçons, nos enseignants aident les élèves à apprendre, ils répondent à leurs questions, et ils créent des classes virtuelles en temps réel et favorisent la collaboration. » Un parent d’enfant au niveau élémentaire a exprimé son soulagement de voir que ses enfants étaient impatients de se connecter à leur classe virtuelle et d’interagir avec leurs camarades de classe et leurs enseignants.

Ne plus voir leurs élèves en personne manque aux enseignants. Il leur manque d’interagir et de bavarder avec eux pendant les pauses. Les étudiants ont exprimé les mêmes sentiments. SGA continue à planifier la fin de semaine de remise des diplômes la plus spéciale pour la classe de 2020. Les enseignants de SGA ont remis personnellement à chaque diplômé des pancartes de pelouse en l'honneur des réalisations de chacun. Les élèves étaient enthousiastes et ils ont dit à ceux qui les ont données combien l’école leur manquait ainsi que tous leurs enseignants. Pourtant, ils sont restés déterminés et résilients en contemplant l’étape prochaine dans leur cheminement éducatif.

En dépit des défis, des éléments essentiels – commencer les cours par la prière, parler avec les élèves sur la façon dont ils gèrent la pandémie, et leur fournir des occasions de partager ce que Dieu fait dans leur propre vie et celle de leurs familles – sont tous encore possible en ligne et incorporés régulièrement tout au long de la période de cours.  Le second jour de l’enseignement à distance, Kristi Huynh a demandé à ses élèves de quatrième année de partager comment ils se sentaient en levant le pouce vers le haut, en l’inclinant sur le côté ou vers le bas. Un élève a levé le pouce vers le haut, et Huynh a demandé pourquoi. « Ma journée va bien parce que je peux vous voir tous », a été sa réponse. Et Huynh de dire : « C’était une réponse simple mais qui en disait long. »

L’interaction humaine est au cœur de l’éducation qui est axée sur les relations. Pour l’éducateur chrétien, cette interaction est essentielle puisque c’est l’enseignant qui va souvent être la personne qui va mener les élèves aux pieds de Jésus. La substance de ce que nous avons appris de cette expérience, qu’il s’agisse d’une école en personne ou à distance, est que l’enseignant fait la différence. C’est l’enseignant qui planifie pour que l’instruction soit stimulante et significative et qui établit la culture de la salle de classe. En plus de développer des adaptations créatives et innovatrices du programme d’études afin de maintenir des connexions significatives avec les élèves, les éducateurs chrétiens doivent aussi maintenir leur connexion personnelle avec le Berger, Jésus Christ, et cela particulièrement pendant ce temps de distanciation sociale.

Cet article a été revu par des pairs.

Bonnie Iversen

Bonnie Iversen, B.A., a occupé pendant les six dernières années le poste de directrice de l'avancement à la San Gabriel Academy, un établissement d'enseignement de la maternelle à la 12e année en Californie du Sud, aux États-Unis. Elle a obtenu sa licence en anglais à la Southern Adventist University de Collegedale, dans le Tennessee, et a effectué des études de troisième cycle à la Louisiana State University et à la Southwestern Law School. Avant de rejoindre l'équipe administrative de la SGA, elle a été directrice du département d'histoire de la SGA pendant 20 ans.

Citation recommandée :

Bonnie Iversen, Le passage à l’enseignement à distance pendant la pandémie de la COVID-19 : Les éducateurs de l’Académie San Gabriel proposent des recommandations de bonnes pratiques, Revue d’éducation adventiste, n°54.

NOTES ET RÉFÉRENCES

  1. 1. Jean 21.15-17, La Nouvelle Bible Segond, NBS, 2002.
  2. 2. Marie Alcock est présidente de Learning Systems Associates (LSA), une agence de conseil en éducation. Elle est consultante en éducation et, en collaboration avec l'American Education Research Association (AERA), People to People, et l'Association for Supervision and Curriculum Development (ASCD), elle a travaillé au niveau national et international pour faire évoluer l'éducation.  Pour plus d'informations, voir : https://www.lsalearning.com/about/.
  3. 3. La protection des étudiants engagés dans l'environnement en ligne exige une planification minutieuse. Pour en savoir plus sur ce sujet, voir Protection de la vie privée des élèves : Enseignements tirés de la  COVID-19" par Annette Melgosa et Ernest Staats.
  4. 4. Les noms des personnes citées dans cet article ont été utilisés avec autorisation.
  5. 5. La sécurité des élèves est une préoccupation majeure et des plans doivent être mis en place pour s'assurer que les mesures de sécurité, les directives de supervision et les instructions sur la manière de prévenir les blessures dans l'éducation sportive/physique sont clairement communiquées aux élèves et aux parents.
  6. 6. Victoria L. Dunckley, “Gray Matters: Too Much Screen Time Damages the Brain,” Psychology Today (2014):  https://www.psychologytoday.com/us/blog/mental-wealth/201402/gray-matters-too-much-screen-time-damages-the-brain.