Editorial | Charline Barnes Rowland

POUR UNE PÉDAGOGIE RÉCEPTIVE À LA CULTURE DANS LES ÉCOLES ADVENTISTES

Section spéciale

un enseignement adapté à la culture dans les écoles adventistes

En décembre 2017, le système éducatif adventiste du septième jour comptait 8539 écoles, 106 976 enseignants et 1 935 898 étudiants à travers le monde1. De telles statistiques indiquent que notre confession religieuse exploite un des plus grands systèmes scolaires protestants. Si un grand nombre de ces élèves ont la foi adventiste, un certain nombre d’entre eux viennent de contextes non adventistes, leurs parents ou tuteurs valorisant plus une éducation chrétienne de qualité que le savoir académique.

Le but de l’éducation adventiste est la préparation des apprenants à une vie de citoyens responsables dans ce monde et dans le monde à venir. Walter Douglas, professeur émérite d’histoire de l’Église adventiste à l’université Andrews (Berrien Springs, Michigan) écrit : « De nombreuses nations sont en train de passer d'une société isolée avec une seule race et culture dominante à une société diversifiée sur les plans racial et culturel »2. Il a aussi noté que l’avenir de l’éducation adventiste du septième jour exige que les comités, administrateurs et professeurs « n’ignorent pas et n’échappent pas à l’inévitabilité de l’effet de ces transformations sur leurs mission et pratique éducatives, la culture institutionnelle, la pédagogie et les programmes d’études »3. Pour atteindre cet objectif, les écoles adventistes doivent reconnaître que leurs populations étudiante et enseignante ont des antécédents culturels et linguistiques diversifiés, et les respecter.

Les écoles doivent favoriser un environnement épanouissant et sécurisant qui célèbre non seulement la diversité, mais qui utilise également des méthodes d’enseignement respectueuses et cohérentes dans le but d’encourager l’épanouissement de la personne dans sa totalité en tant que créature de Dieu4. Un tel environnement exigera que tous les éducateurs dans les écoles adventistes – mais aussi les administrateurs et les enseignants – travaillent sur les aspects intellectuels, physiques, sociaux et spirituels de l’apprentissage, et sur des pratiques exemplaires intentionnelles, engageantes et inclusives5.

Une pédagogie réceptive à la culture, de quoi s’agit-il ?

Le thème de ce numéro de la REVUE encourage le développement harmonieux de tous les étudiants dans les écoles adventistes à travers un cadre nommé pédagogie réceptive à la culture. Une pédagogie réceptive à la culture (PRC), aussi connue sous le nom d’enseignement réceptif à la culture (ERC) reconnaît l’importance d’inclure les références culturelles des étudiants dans tous les aspects de l’apprentissage. Une PRC est un cadre de programmes d’études structurel en trois dimensions : 1) réussite scolaire, 2) compétence culturelle et 3) conscience sociopolitique11. La réussite scolaire exige que le programme d’études soit passionnant et équitable avec des normes élevées. Un éducateur compétent sur le plan culturel connaît les différentes gammes d’élèves de cultures et de langues diverses, et il sait ajuster l’instruction dans le processus d’apprentissage. La conscience sociopolitique préconise que les enseignants fassent face à la réalité et équipent les étudiants de lentilles critiques et d’aptitudes concrètes pour gérer les défis sociaux et politiques découlant des préjugés.

Comment une pédagogie réceptive à la culture s’insère-t-elle dans les écoles adventistes ?

De nombreux éducateurs, ayant pris l’engagement d’enseigner des valeurs qui sont conflictuelles avec celles du monde, ont choisi d’enseigner dans un environnement scolaire religieux plutôt que séculier12. Bien que les enseignants dans les écoles adventistes, comme tous les autres enseignants, aient des défis liés aux tâches d'enseignement et d'apprentissage, sans oublier la création de programmes d’études, les techniques pédagogiques et les relations enseignants-parents-élèves, ils sont également appelés à remplir la mission institutionnelle. Ce sont les croyances, les attitudes et les pratiques de l’enseignant qui la démontrent dans la salle de classe13. En se concentrant sur la restauration des êtres humains à l’intersection de la foi et de l’apprentissage, les éducateurs adventistes réalisent l’Évangile de Jésus-Christ14. Mais qu’en est-il de l’intersection de la foi et de l’apprentissage quand il y a diversité et inclusion ? Dans un appel à plus de dialogue, de paix et de cohésion sociale dans l’éducation interculturelle, l’éducation adventiste est d’abord être intellectuellement engagé dans une société globale avec une perspective basée sur la foi. Un programme d’études centré sur Dieu enseignera aux étudiants à accepter la diversité et à chercher des solutions aux injustices sociales. Cependant, il ne s’agit pas seulement d’enseigner du contenu mais aussi d’aider les étudiants et leurs familles à soutenir les autres dans la mission de Jésus-Christ – c’est-à-dire offrir une restauration pour ce monde, maintenant et pour le monde à venir.

Aperçu de ce numéro

Dans ce numéro spécial, des auteurs aux antécédents et expériences diversifiés dans l’éducation offrent une mine de renseignements sur la pédagogie réceptive à la culture au sein de l’éducation adventiste. Les auteurs célèbrent non seulement leur conscience de la diversité culturelle au sein des écoles adventistes du septième jour mais ils fournissent aussi des pratiques exemplaires pour des occasions d’apprentissage réussies pour les étudiants de toutes les cultures.

Dans son article, « Pourquoi une pédagogie réceptive à la culture est-elle importante ? », Kalisha A. Waldon s’appuie sur les principes spirituels et les leçons apprises du Maître des maîtres, Jésus-Christ, sur des exemples concrets et sur la recherche en éducation à l’appui de l’éducation et de la culture de l’enfant dans sa totalité. Anita Strawn de Ojeda, Loren Fish et Jovannah Poor Bear-Adams incorporent des valeurs amérindiennes pour répondre aux besoins spirituels, mentaux, scolaires et physiques des étudiants tout en respectant leurs familles d’origine dans l’article « Une éducation chrétienne réceptive à la culture à l’école adventiste du septième jour Holbrook ». Dans l’article « Protéger les étudiants des menaces stéréotypées : répercussions sur l’enseignement et le développement », Michael Milmine et Elvin Gabriel définissent la menace stéréotypée (MS) et ses effets négatifs sur la performance des membres d’un groupe d’identité sociale particulier. Ces auteurs offrent aussi des approches centrées sur le Christ pour réduire la menace stéréotypée et créer des milieux favorables dans l’école et en classe. Dans la section Perspectives, l’article de Dale Linton « Célébrer le monde dans votre classe » fournit des moyens aux enseignants pour mieux cerner l’influence que leur propre héritage culturel joue dans la définition de qui ils sont et de comment ils enseignent, afin de s’engager de manière significative avec divers groupes d’étudiants.

Je souhaite que ces articles servent de catalyseurs pour le ministère éducatif au sein des écoles adventistes du septième jour mais aussi des autres écoles chrétiennes. Dieu a besoin d’éducateurs – administrateurs et enseignants – qui valorisent l’enfant dans sa globalité, qui valorisent l’inclusion et qui sont prêts à enseigner d’une façon culturellement diversifiée. De plus, Dieu a besoin d’éducateurs qui peuvent inspirer leurs étudiants à lutter contre l’injustice, même au sein et au-delà de la salle de classe. Un enseignement réceptif à la culture fournit le cadre pour aider les institutions confessionnelles à traduire les Écritures en action en prônant l’éducation de la tête, du cœur et de la main.

Charline Barnes Rowland

Charline Barnes Rowland, EdD, est la coordonnatrice du programme de diversité et conseillère pédagogique au Centre universitaire pour l’enseignement et l’apprentissage à l’université de Pittsburgh. Autrefois, professeur de classe, Charline Rowland a fait partie de la faculté de formation des enseignants dans plusieurs universités dont l’université Andrews à Berrien Springs, dans Michigan (États-Unis), où elle a été directrice du programme d'études et d'enseignement. Elle a publié et animé des présentations sur la pédagogie réceptive à la culture, les enjeux mondiaux en matière de programmes d'études et d'enseignement, et le développement professionnel des éducateurs. En 2003, C. Rowland a été chercheuse boursière des É.-U., à l’université des Antilles (UWI) à Cave Hill à la Barbade. Son texte biblique favori est Philippiens 4.13.

En tant que coordonnatrice de ce numéro, C. Barnes Rowland a contribué à tous les aspects de son élaboration, depuis l'identification des sujets, des auteurs et des relecteursn jusqu’à la formulation de commentaires sur les manuscrits et les réponses aux questions. La rédaction du Journal lui exprime sa sincère gratitude pour son aide tout au long de la planification et de la production de ce numéro.

Référence recommandée :

Charline Rowland, EdD, Culturally Responsive Pedagogy for Adventist Schools, The Journal of Adventist Education 80 :3 (juillet-septembre 2018) : 3, 47.

NOTES ET RÉFÉRENCES

  1. General Conference Department of Education, Adventist World Education Statistics, 31 décembre 2017.
  2. Walter Douglas, “Diversity With Inclusion: The Future of Seventh-day Adventist Education,” Journal of Adventist Education 68:1 (octobre/novembre 2005): 21.
  3. Ibid.
  4. Christian Dallavis, “Qualifying Sociopolitical Consciousness: Complicating Culturally Responsive Pedagogy for Faith-Based Schools,” Education and Urban Society 45:2 (mars 2011): 266-284; Allison Skerrett, “‘Closer to God’”: Following Religion Across the Lifeworlds of an Urban Youth,” Urban Education 51:8 (octobre 2016): 964-990.
  5. James A. Banks, Cultural Diversity and Education (New York: Routledge, 2015); Tammy Turner-Vorbeck et Monica M. Marsh, éds., Other Kinds of Families: Embracing Diversity in Schools and Culture (New York: Teachers College Press, 2008).
  6. Gloria Ladson-Billings, “Culturally Relevant Pedagogy 2.0: A.k.a. The Remix,” Harvard Educational Review 84:1 (printemps 2014): 74-84, 135.
  7. Gloria Ladson-Billings, “Yes, But How Do We Do It? Practicing Culturally Relevant Pedagogy.” Dans Julie Landsman et Chance W. Lewis, éds., White Teachers, Diverse Classrooms: A Guide to Building Inclusive Schools, Promoting High Expectations, and Eliminating Racism (Sterling, Virginia: Stylus Publishing, 2010), 33-46; Geneva Gay, Culturally Responsive Teaching: Theory, Research, and Practice (New York: Teachers College Press, 2018).
  8. John E. Hull, “Aiming for Christian Education, Settling for Christians Educating: The Christian School's Replication of a Public School Paradigm,” Christian Scholar’s Review 32:2 (2003): 203-223; William Jeynes, “Educational Policy and the Effects of Attending a Religious School on the Academic Achievement of Children,” Educational Policy 16:3 (2002): 406-424. doi.org/10.1177/08904802016003003.
  9. bell hooks, Teaching to Transgress: Education as the Practice of Freedom (New York: Routledge, 1994); John Dewey, John Dewey on Education: Selected Writings (New York: Modern Library, 1965); Parker J. Palmer, To Know as We Are Known: Education as a Spiritual Journey (San Francisco: HarperCollins, 1993).
  10. Trevor Cooling, “Transforming Faith: Teaching as a Christian Vocation in a Secular, Worldview Diverse Culture,” Journal of Education and Christian Belief 14:1 (mars 2010): 19-32; Doris Kieser and Jim Parsons, “Characteristics of Christian Pedagogy,” Christian School Education (CSE) Magazine 17:3 (2013/2014): 6-9; Robert W. Pazmiño, “Christian Education Is More Than Formation,” Christian Education Journal 7:2 (automne 2010): 356-365.