John Wesley Taylor V

ENSEIGNER LE COURS DE BIBLE

Numéro spécial

Éducation adventiste en ligne

Paul a écrit à Timothée, enseignant1 et chef spirituel à Éphèse : « Toute Écriture est inspirée de Dieu et utile pour enseigner, pour réfuter, pour redresser, pour éduquer dans la justice, afin que l’homme de Dieu soit à la hauteur, parfaitement équipé pour toute œuvre bonne2 ».

C’est dans ce cadre qu’Ellen White a écrit : « Les maîtres devraient s’efforcer de perfectionner constamment leurs méthodes. L’enseignement de la Bible requiert une pensée dispose, les instruments les meilleurs, les efforts les plus vigoureux3. »

Quelles sont les stratégies que les enseignants peuvent utiliser pour rendre leurs cours de Bible plus efficaces et plus attrayants ? Voici quelques idées que vous pouvez essayer :

1. Racontez. Ne vous contentez pas de lire. L’enseignement le plus efficace procède du cœur. Avant d’enseigner la leçon, jetez un coup d’œil aux principaux points qu’il faut aborder et essayez de les garder à l’esprit. Ensuite, racontez l’histoire ou présentez le sujet avec vos propres mots. Le résultat sera beaucoup plus intéressant pour vos étudiants et les effets sur leurs vies seront plus durables.

2. Écoutez. Ne faites pas que parler. Les enseignants n’ont généralement pas de problème à parler. Nous devons faire des efforts pour être davantage à l’écoute. Ainsi, quand nous enseignons un cours de Bible, rappelons-nous que la communication avec les étudiants doit être une interaction dans les deux sens. Vous aurez de nombreuses et merveilleuses occasions de partager vos propres idées et concepts, mais il est aussi important d’encourager chez vos étudiants le partage de leurs propres expériences, questions et inquiétudes. Engagez la conversation avec eux. Soyez ouverts à leurs idées et opinions.

3. Posez des questions stimulant la réflexion. Très souvent nous ne posons que des questions factuelles, du genre : Combien de jours les Israélites ont-ils marché autour de Jéricho ? Qu’est-il arrivé à la femme de Lot ? Quels sont les trois disciples qui ont assisté à la transfiguration ? À l’occasion, quelques questions sur les faits peuvent être appropriées. Par contre, il est plus important de poser des questions qui stimuleront une réflexion approfondie et un éclairage personnel chez vos élèves. Voici quelques exemples :

  • Pourquoi, selon vous, Jésus a-t-il envoyé ses disciples deux par deux ?
  • Comment pourriez-vous partager l’amour de Dieu avec les autres ?
  • Comment réagiriez-vous si quelqu’un vous pressait de fumer ?
  • Quelle est la première chose que vous voudriez faire quand vous arriverez au ciel ?

4. Discutez de toute problématique. Le cours de Bible, plus que tous les autres, devrait concorder avec la vie des étudiants. Une façon d’y arriver est d’avoir des conversations candides sur les véritables problèmes que les étudiants vivent et qui sont en relation avec la leçon qu’ils étudient. Une autre façon est d’examiner ensemble l’importance et la signification d’un sujet, son application possible, ses implications, ses ramifications. Attention, par contre, à ne pas monopoliser la conversation. Au contraire, essayez plutôt d’encourager les élèves à se pencher sur la question ou le problème, et d’exprimer leurs propres réflexions, sentiments et convictions.

5. Organisez des petits groupes. Pour encourager les étudiants à s’impliquer activement dans un cours de Bible, il est bon de planifier des activités dans lesquelles ils travailleront ensemble en petits groupes de trois à cinq élèves environ. Les groupes devraient recevoir une tâche spécifique à réaliser dans une durée limitée. Par exemple : Vous avez cinq minutes pour trouver trois raisons pour lesquelles les disciples de Jésus désiraient un roi terrestre, ou vous avez 20 minutes pour produire un chronogramme de la vie des patriarches avant le déluge. Pendant cet exercice, promenez-vous parmi les groupes et prodiguez encouragement, rétroaction et reconnaissance. Au terme de l’activité, les groupes pourraient être invités à faire un rapport à la classe et à partager leurs idées, réflexions ou productions. Il est à noter que ces activités doivent être structurées de manière coopérative et amicale afin de minimiser la rivalité et la compétition malsaine.

6. Illustrez avec des exemples. Un nouveau concept se comprend mieux s’il est accompagné d’exemples et d’illustrations. De plus, l’expérience d’apprentissage devient plus agréable. Ainsi avant chaque cours, prenez le temps de réfléchir à un exemple qui illustre votre propos. Vous pouvez baser les illustrations sur des histoires que vous avez lues, sur un événement historique ou une nouvelle de l’actualité, sur votre propre vie ou expérience. Il est aussi approprié de demander à vos élèves, de temps à autre, de partager des exemples pertinents tirés de leur vie : cela peut être une réponse à une prière ou une expérience similaire à celle d’un caractère biblique qu’ils sont en train d’étudier.

7. Utilisez des supports visuels. Les élèves retiennent mieux les enseignements quand ils peuvent les voir ainsi que les entendre. Bien sûr, Jésus le savait très bien et il a souvent utilisé un support visuel : une pièce d’argent, un lys, un fermier, un figuier, un petit enfant, entre autres. Dans chacune des leçons enseignées, tâchez d’incorporer quelques aspects visuels5. Cela peut être une photo, une carte géographique, un objet particulier comme une pierre ou un filet. On peut aussi utiliser efficacement le tableau pour dessiner un schéma, inscrire des mots-clés ou démontrer la relation entre des concepts. Pensez de façon créative et visualisez !

8. Orchestrez des jeux de rôles. Les jeux de rôles permettent aux élèves d’acquérir d’importantes compétences et une compréhension plus profonde d’eux-mêmes. À cette fin, décrivez une histoire biblique ou une situation réelle. Choisissez certains élèves pour des rôles spécifiques, et d’autres pour être spectateurs. Comme il n’y a pas de script, les étudiants doivent élaborer leurs propres discours et attitudes. Après le jeu de rôle, commentez la présentation tout en cherchant à identifier quelles sont les importantes leçons que l’on peut en retirer.

9. Maximisez l’utilisation de la musique. Les cantiques et les chants en rapport avec les sujets à l’étude constituent de puissants moyens de fixer la vérité divine dans l’esprit des étudiants. Ainsi, chantez souvent. À l’occasion, demandez à vos élèves de partager un chant favori avec le reste de la classe ou avec d’autres en dehors de votre classe. La musique peut aussi servir à la mémorisation des versets bibliques. Il s’agit là, en fait, d’une des meilleures façons de mémoriser des versets bibliques. Si vous ne connaissez pas de chant approprié à un important passage biblique, peut-être que vous ou l’un de vos élèves peut en créer un !

10. Encouragez les activités de rayonnement. Peu importe le sujet étudié, il faut que les élèves se tournent vers les autres pour témoigner en posant des gestes altruistes. Attribuez à vos étudiants des projets de rayonnement spécifiques en relation avec le sujet étudié. Cela peut être aussi simple que de demander à chaque élève de rendre quelqu’un heureux ; ou cela peut être un projet à long terme comme l’embellissement d’un secteur de la ville. Que ce soit l’une ou l’autre chose, les élèves doivent faire un rapport de leur expérience à leur classe ainsi que de ce qu’ils ont appris. Mieux encore, vous pouvez faire partie de leur projet qui deviendra alors une expérience commune.

Il existe, bien sûr, d’autres stratégies pédagogiques : il y a la résolution de problèmes, les démonstrations, les exercices de remue-méninges, les études de cas, qui peuvent être d’utiles outils pour aider vos élèves à mieux apprendre. L’important est que le professeur utilise une variété de stratégies pédagogiques. L’approche la plus intéressante, utilisée chaque jour, perdra de son efficacité. Il faut alors que vous élargissiez votre répertoire. Enrichissez votre collection d’outils éducatifs. Partez à l’aventure et découvrez de nouveaux horizons !

Mais finalement, il existe une stratégie plus efficace que toutes les autres : c’est votre propre vie. Ce modèle est tout simplement la méthode la plus puissante. Votre style de vie, vos qualités, vos actions, tous lancent un puissant message à vos élèves, un message qui parle de Dieu avec infiniment plus d’éloquence que les mots seuls. Alors comment pouvez-vous représenter Jésus le mieux possible ? Par le Saint Esprit qui remplit votre vie. Vous serez alors ce que vous désirez que vos élèves deviennent. Enseigner un cours de religion est en fait une noble vocation. Celui qui vous lance cet appel le rendra possible. Par Sa grâce, vous serez un canal de Sa vérité et de Son amour.

John Wesley Taylor V

John Wesley Taylor V, EdD, PhD, est directeur associé de l’Éducation à la Conférence générale des adventistes du septième jour à Silver Spring, dans le Maryland, aux États-Unis. Il est l’agent de liaison pour la Division interaméricaine, la Division Pacifique Sud, la Division Afrique centre-ouest, la Division Asie-Pacifique Nord, et la Mission de l’Union Moyen-Orient et Afrique du Nord. Il a enseigné à tous les niveaux – de l’école primaire à l’université – et a servi dans diverses institutions du monde : l’université Montemorelos (Mexique), l’Institut international d’études supérieures (Philippines), l’université Andrews et l’université adventiste de Southern (États-Unis). On peut le joindre à : taylorjw@gc.adventist.org.

Citation recommandée :

John Wesley Taylor V, “Teaching the Bible Class,” The Journal of Adventist Education 80:1 (January-March 2018): 43-45. Available at https://jae.adventist.org/fr/2018.3.7.

NOTES ET RÉFÉRENCES

  1. 1 Timothée 4.11-13; 2 Timothée 2.2, 15.
  2. 2 Timothée 3.16, 17, NBS, La Nouvelle Bible Louis Segond, 2002.
  3. Ellen G. White, Éducation, Éditions Vie et Santé, p.212, 1986.
  4. Le terme « cours de Bible » se rapporte à un cours que tous les élèves suivent et qui se concentre sur l’étude de la Bible. En réalité, ce cours serait mieux nommé « cours de religion » puisque tous les cours devraient être enracinés dans la Parole de Dieu, et présenter une vision du monde biblique. Comme Ellen White l’a dit : « La Bible doit devenir le fondement de tout sujet d’étude. » (Fundamentals of Christian Education [Nashville, Tenn.: Southern Publishing, 1923], 451). [Au lycée privé Maurice-Tièche, en France, ce cours s'intitule « Education aux valeurs de la Bible », ndlr]
  5. Dans une lettre écrite à son fils Edson qui enseignait aux enfants d’esclaves récemment libérés dans les États du Sud, Ellen White lui conseille : « Edson, ta méthode d’instruire à partir d’images est une excellente idée. Ces images peuvent être achetées pour presque rien. Tu peux parler jusqu’à l’épuisement en essayant de faire comprendre quelque chose aux enfants… mais donne-leur une similitude, un objet, et la leçon sera imprimée dans leur esprit pour ne jamais en sortir. » (Lettre 136a, 1898, 9). À une autre occasion, dans le contexte de l’enseignement de la Bible, Ellen White a écrit : « L’usage de leçons de choses, de tableaux noirs, de cartes géographiques et d’images sera d’une grande aide pour expliquer les principes divins et les fixer dans la mémoire. » (Éducation, 212).